LES ESTAMPILLES

En 1437, à la suite d'un procès qui opposa les uns aux autres, l'obligation est faite pour chaque Maître de "marquer de sa marque particulière" tous leurs ouvrages. Cependant de nombreux conflits subsistent, ainsi le Parlement de Paris rend un arrêt le 5 décembre 1637 qui ordonne que "Chascun maistre menuisier seroit tenu de marquer de sa marque particulier tous ouvrages... ainsy que les postiers d'estain... et inserer ladite marque en une table de plomb qui restera dans la chambre du substitut de nostre Procureur Général du Chastellet". Cette sentence fut rendue dans un procès qui opposait les maîtres-menuisier et les maîtres-tapissiers parisiens. Si les premiers avaient le monopole de la fabrication des meubles, ils ne possédaient pas celui de leur commercialisation, laquelle était assurée en partie par les seconds.

L'habitude d'estampiller se répand à la fin de la Régence. Les dates de décès de Nicolas Sageot, le 8 janvier 1731, et d'Etienne Doirat, le 26 juin 1732 , nous en apportent la preuve formelle. Il est évident que d'autres ébénistes signèrent également dès cette époque leur production en tout ou en partie : Pierre 1. Migeon, Carel ou Mathieu Criaerd par exemple. Cette période vit, de la même manière, naître les estampilles abréviatives telles que LSP pour Louis-Simon Painsun (mort avant 1748), J.D.F. pour Jean-David Fortanier...
(Extrait du site Estampille)

Bacchus: Estampille de la célèbre manufacture (estampille récupérée sur un tire-bouchon simple).
Batard: l'estampille pour cette grande maison se résume au seul nom en toutes lettres du fondateur de cette manufacture qui a cessé toute activité en 1910. La fabrication de l'ensemble des modèles est de très bonne qualité, elle se compose de tire-bouchons droits et fermants, de pinces à levier et de crémaillères. Pour en savoir d'avantage sur ce fabricant, procurez-vous le livre de Gérard Bidault "Les tire-bouchons français Modèles & Fabricants".(estampille récupérée sur un tire-bouchon simple).
Becker Edouard : Estampille des célèbres tire-bouchons Columbus brevetés en Allemagne par Edouard Becker à Solingen le 7 mars 1893.
Berdoglio B. : Estampille des célèbres tire-bouchons Columbus brevetés en Allemagne par Edouard Becker à Solingen le 7 mars 1893.
Birambeau René : Estampille AS pour Ateliers de Saint-Gervais, qui deviendra le sigle de la société crée en 1929. La société existe toujours sous le nom Birambeau.
Boileau Amédée : Fabrique française fondée en 1850 (estampille récupérée sur un extensible).

Boué Jean : Tire-bouchons fabriqués dans les années 1930 par les établissements Jean Boué. Les initiales JB sont centrées dans une étoile de David (estampille récupérée sur tire-bouchon à crémaillère).

Boué Jean-Baptiste: Tire-bouchons brevetés en 1887 par les établissements Jean Boué. Les initiales JB sont centrées dans un soleil identique à la marque J. Pérille (estampille récupérée sur tire-bouchon à poignée à clé).

Burel-Foissey: Fabrique française à Breuvanne descendant de la famille Burel (estampille récupérée sur le tire-bouchon dénommé Le National).

Breitfort Karl: Fabrique allemande installée à Solingen, la marque EXUS est surmontée d'une coupe qui verse l'apostrophe du "E" dans un cercle (estampille récupérée sur tire-bouchon type Colombus).

Camarans Charles: Grossiste dont les modèles étaient fabriqués par la MFAP.

Camion Frères : Cette estampille composée d'une ancre encadrée par les initiales CF appartient à la Manufacture Française des Frères Camion. Une belle entreprise de quincaillerie installée dans les Ardennes entre 1900 et 1979 très prospère. Ils n'ont pas breveté de tire-bouchons, mais ils ont fabriqué ces appareils à déboucher muraux réalisé en fonte et équipé d'une crémaillère.

CGT: La Compagnie Générale Transatlantique était une compagnie maritime française. Elle a fusionné en 1975 avec la Compagnie des messageries maritimes (MM) pour donner la Compagnie générale maritime, devenue CMA CGM. Surnommée la French Line, elle a assuré le transport transatlantique régulier de passagers avec des navires comme le Normandie ou le France. On peut retrouver cette estampille sur des tire-bouchons souvenirs.

Crédot: Alphonse Crédot crée la Manufacture d'Acier Poli "AC" en 1888. A cette époque la concurence est forte et nombreuse, Perille se démarque par une production importante de modèles de tous types, Jean-Baptiste Boué qui est son voisin et avec lequel il aura quelques démêlés. Il reprend l'ancienne Manufacture Leboullanger dont certains tire-bouchons concerveront la marque LB. La production est composée principalement de tire-bouchons simple en T de tous genres et des tire-bouchons renommés comme le Parfait, l'Hercule et quelques hélices..

Durafour Michel: Les initiales M. et D. pour Michel Durafour. Fabricant français stéphanois de la fin du XIXème siècle. Très connu pour ses modèles figuratifs "révolver" et la célèbre "Tour Eiffel". On peut retrouver cette estampille sur des tire-bouchons en forme de révolver.

E.B: Cette estampille E.B dans un ovale a été trouvé sur un tire-bouchon à hélice (type ménagère), à ne pas confondre avec l'estampille E.B Edouard Baillet (voir ci-dessous).

E.B: Edouard Baillet, propriétaire d'une Fabrique d'Acier Poli est connu pour son tire-bouchon appelé B.B. qui n'est ni plus ni moins qu'un tire-bouchon à anneau de type Clough.

Elsener Karl: C'est pour répondre à une commande de l'armée suisse que Karl Elsener a mis au point le fameux couteau dans son atelier du village d'Ibach. Il s'agissait d'équiper les soldats d'un canif servant aussi bien à entretenir leur fusil qu'à ouvrir des boîtes de conserve, à l'époque une nouveauté de la gastronomie militaire. Confronté à la concurrence allemande pour les productions de grandes séries, il convainquit les couteliers suisses de s'allier et de créer une manufacture en 1891. Le couteau d'officier, breveté en 1897, proposait six fonctions.

Pour voir ma collection de tire-bouchons à leviers cliquez ici
Giessler Georg : Un C et G entrelacés, estampille des tire-bouchons produits par Georg Giessler entre 1890 et 1920 (estampille récupérée sur tire-bouchon à crémaillère).
Gratieux : cette estampille provient des Etablissements Fernand Gratieux, à l'origine une manufacture de caoutchouc qui s'est reconvertie en 1922 (année de naissance de mon père - bonjour Papa!) dans les articles de ménage dont les tire-bouchons. Mais pas seulement les articles de ménage, preuve en est de ce catalogue titré "Manufacture de voitures d'enfants, bicyclettes et jouets" de 1940. Le livret est illustré de 28 dessins de vélos, landaus, tricycles, voitures à pédales, motocyclette d'enfant et patinettes.
Hagenauer Karl : Il a étudié à l'Ecole des Arts Appliqués de Vienne avec Josef Hoffmann et Oskar Strand. A partir de 1919 il travaille comme architecte dans l'atelier de son père Carl. Il a produit de nombreuses œuvres en argent, laiton, cuivre, émail, ivoire, pierre et bois, qui trahissent l'influence de Josef Hoffmann et l'atelier de Vienne. Contrains à la mort de son père en 1928, à continuer avec ses frères et sœurs Greta et Francis, l'entreprise s'est étendue à un atelier de menuiserie et à des bureaux de vente à Vienne et à Salzbourg. Son travail a été récompensé lors de la Triennale de Milan par une médaille d'or.
Henckels J. A. : Fabrique fondée en 1731 à Solingen, surtout reconnue pour sa coutellerie (estampille récupérée sur un tire-bouchon à bague).
Hurel Jules Clément : Fabrique française fondée en 1878 à Paris, production jusqu'en 1897 (maison reprise par Baradat).
Hurel Jules Clément : Fabrique française fondée en 1878 à Paris, production jusqu'en 1897. La maison a été reprise par Baradat (estampille récupérée sur tire-bouchon Lyre).
Jensen Georg : Jensen est né le 31 août 1866 à Raadvad près de Copenhague. C'est un designer danois qui fut spécialiste du travail de l'argent. Il a laissé son nom à une marque de luxe proposant aussi bien des bijoux que des produits décoratifs pour la maison.
La Bobine : Batisse Gayte - Fabrique de coutellerie à Thiers (estampille récupérée sur sur un tire-bouchon simple).
La Beche Inconnu, relevé sur un couteau de cycliste.
Langlois Louis Adolphe Cette estampille appartient à la la manufacture Langlois, Langlois épousera la soeur des frères Guinot également fabricants de tire-bouchon qui avaient pour estampille un bel as de pique d'où cette belle union. Il faut savoir qu'il existe également des tire-bouchons marqués Guinot-Langlois.
Lebaron Alphonse Cette estampille appartient à coutellerie Emile-Alphone Lebaron, petit-fils du créateur de cette entreprise angevine Alphonse Lebaron en 1860 qui estampillait ses tire-bouchons "Lebaron à Conlie", commune proche du Mans
Leboullanger Georges et Fils : Cette estampille appartient à la Manufacture d'Acier Poli Leboullanger créee vers 1824. Son fils Jules déposera quelques brevets originaux. On peut noter une caractéristique récurrente sur un certain nombre de modèles : une poignée en buis annelée. Parmi ses hits notons le Simple, le Succès, le Rapide, le Papillon, le Hercule...
Le pratique : En cours de recherche
Lew Benjamin : lion moustachu est gravé sur certains tire-bouchons à lames brevetés par l'allemand Benjamin Lew sous le n° 10,211 en mai 1878 (estampille récupérée sur tire-bouchon à lame).
L'oeil allemand Cette estampille composé d'un oeil irisé dénommé "German eye". Elle appartient à la Manufacture allemande Carl Schlieper à Solingen. L'entreprise âgée de plus de 100 ans existe toujours sous le nom de Eye Brand Cuterly, la fabrique est une des rares entreprises qui utilise encore la vieille méthode au marteau de forge (estampille récupérée sur tire-bouchon type Colombus).
Pour voir ma collection de tire-bouchons à mécanisme cliquez ici

Modèle déposé

Manufrance : Cette estampille composée des initiales MF appartient à la Manufacture Française d'Armes et Cycles de Saint-Etienne "Manufrance" dont la devise était "Bien faire et le faire savoir". La célèbre et emblématique entreprise stéphanoise a été fondée par Étienne Mimard et Pierre Blachon en 1885. L'entreprise était la plus importante dans son genre. Ses armes, ses bicyclettes, ses machines à coudre, pour ne citer que les principaux articles, étaient entièrement fabriqués dans ses ateliers
Manufrance : Estampille de la célèbre manufacture de Saint-Etienne (estampille récupérée sur un tire-bouchon à hélice).
Markt & Co : la "tête d'indien" avec la coiffure à plumes, le tomahawk et le calumet entrecroisés était l'estampille d'une société américaine fondée par Hardware Yale en 1910 spécialisée dans les articles de quincaillerie jusqu'au milieu du XXème siècle. Cette estampille apparait uniquement sur un tire-bouchon à hélice (estampille récupérée sur un tire-bouchon à hélice).
Mestre : Estampille composée uniquement de plusieurs mots dont le nom de l'inventeur "MESTRE Bté SGDG" appartient au créateur français de ces singuliers tire-bouchons crochet, Eugène-Adrien Mestre. Il est connu uniquement pour ces tire-bouchons entièrement métallique dont il existe trois ou quatre variantes fabriquées entre 1873 et 1893.
MFAP : Estampille composée des lettre CST pour Crédot - Sitbon - Thomas, cette estampille était apposée sur les premiers tire-bouchons de la Manufacture Française d'Acier Poli (M.F.A.P.). Ce logo représente à lui seul une large page de l'histoire du tire-bouchon, puisqu'il est issu de la reprise des prestigieuses sociétés Leboullanger, Louis, Crédot et Sitbon (estampille récupérée sur une étiquette).
MFAP : Estampille apposée sur des tire-bouchons extensibles caractéristiques à deux cornes et biellettes d'extensibilté. (estampille récupérée sur le tire-bouchon dénommé Le Polichinelle).
Monopolwerk Usbeck & Söhne : Fabrique allemande installéee à Marburg
Montange : Inventeur du tire-bouchon à double hélice en bois. Un peu plus tard, l'usine apposera la marque CAM - pour Camille Montange.
Müller & Schmidt : Fabrique allemande fondée en 1896 installée à Solingen (estampille récupérée sur tire-bouchon type pique-nique).
Pecquet Adolphe : Fabrique française (estampille récupérée sur tire-bouchon à hélice).
Pemberton Samuel : La Maison Pemberton est une très ancienne fabrique, elle a été fondée par Samuel "3", quatre générations de Samuel, son fils fût le quatrième et dernier. C'était une entreprise d'orfèvrerie. Ses ancêtres étaient des couteliers implantés à Birmingham. Pemberton a utilisé six marques "SP" différentes, la marque rectangulaire étant plus ancienne que la marque inscrite dans un ovale. Pemberton est très connu pour ses tire-bouchons de poche en T avec une mèche protégée par un étui, le tout réalisé dans matériaux précieux.
Pérille Jacques : Fabrique française fondée en 1865, Jacque Pérille apposera sur son usine l'enseigne "Au compas d'Or" qu'il reprendra comme estampille dans les premières années de fabrication (estampille récupérée sur un tire-bouchon à hélice).
Pérille Jacques : Fabrique française fondée en 1865, reprise par les Fils de Jacques Périll en 1903 (estampille récupérée sur un tire-bouchon à hélice).
Pérille Jacques : Fabrique française fondée en 1865, reprise par Georges Creuse en 1925 (estampille récupérée sur un tire-bouchon à hélice).
Pérille Jacques : Marqué Creuse déposé, Fabrique française reprise par Georges Creuse en 1925 (estampille récupérée sur le Tric Trac).
Perruchot Charles Louis : Fabrique française fondée en 1865, Jacque Pérille apposera sur son usine l'enseigne "Au compas d'Or" qu'il reprendra comme estampille dans les premières années de fabrication. Ensuite l'estampille sera plus simple : J-P (estampille récupérée sur un tire-bouchon à lame).
Peugeot : Cette estampille, composée d'un losange dans lequel s'incrivent les initiales P-C appartient à la société Peugeot & Compagnie aujourd'hui PSP. La saga Peugeot débute en 1810 lorsque les deux frères aînés Jean-Pierre et Jean Frédéric Peugeot transforment le moulin de Sous-Cratet dans le Doubs, hérité de leurs ancêtres meuniers, en fonderie d’acier. Le symbole de la société n'est pas les initiales PC mais un lion sur flèche déposé en 1858, les initiales PC seront apposées sur les articles sous-traités à la MFAP dont les tire-bouchons. (estampille récupérée sur un tire-bouchon extensible).
Raffaelli Christophe : Coutelier forgeron à Carpentras dans le Vaucluse (estampille récupérée sur tire-bouchon simple).
Rebattet & Baroche : Fabrique française fondée en 1906 (estampille récupérée sur tire-bouchon à hélice).
Registerd : Cette estampille n'est pas une marque de fabricant. Le « Diamond registration mark » en forme losange est une estampille qui permettait de codifier l’enregistrement des brevets britanniques de 1842 à 1883. Déchiffrer ses sigles ésotériques est un véritable casse tête. Je vous invite à lire la description très précise de Frank Ellis dans son nouveau livre « Corkscrews british registered designs », sachez toutefois qu’il y a toujours le Rd de registered au centre et qu’autour gravitent selon les périodes des chiffres et des lettres pour définir l’année, le mois, le matériau utilisé ainsi que le « bundle » c'est-à-dire le n° de lot.
R.C : : Cette estampille a été trouvée sur un tire-bouchon de poche dont le manche est en corne et dont la mèche se replie autour d'un axe à la manière des tire-bouchons harpe. Le prédécesseur de la marque, Louis Renard et Fils a breveté sous le n° 138.060 le 21 décembre 1880 ce tire-bouchon.
Rigaudias Michel: : La famille Rigaudias est une vieille famille de forgerons et de coutelliers implantée à Thiers. La forge Rigaudias selon un article du journal La Montagne daterai de 1664. L'estampille composée des initiales R-M pour "Rigaudias - Mayet" est apposée sur une publicité d'une coutellerie. Quant à Cotte - Rigaudias et sa pince, il s'agit d'une coutellerie datant de 1937.

S..& G : Les initiales sont effacées, il reste le dessin d'un dromadaire. Ce fabricant reste à identifier (estampille récupérée sur tire-bouchon simple en corne).

SAPAC - qp : Les initiales inversées "qp" gravées sur les tire-bouchons fabriqués par Manufacture M.F.A.P pour les Grands Magasins PRISUNIC - PRINTANIA

Siret Laurent : Fabricant de Rochefort sur Loire, réputé pour ces tire-bouchons montés avec un cep de vigne.
Skyline : En cours de recherche
Toulon Jean : La manufacture a réalisé de 1926 à 1931 des articles de quincaillerie: tire-bouchons, bouchon, siphon, débouchoir, casse-noix et porte couteaux. La réclame ajoute en petits caractères qu'il s'agit de fantaisie pour orfèvrerie, de jolis termes un peu désuets qu'on aimerait retrouver.
UNAM : L'Union Manufacturière d'Articles Ménagers était une société, je dis "était" car elle a cessé toute activité en 1959. Je disais donc, était une société implantée à Semur-en-Auxois en Côte d'Or qui commercialisait, outre les tire-bouchons, des articles ménagers
Wüsthof : Coutellerie fine depuis 1814, l'entreprise ED. WÜSTHOF DREIZACKWERK de SOLINGEN, peut s'enorgueillir d'une longue tradition coutelière, est un des grands fabricants d'articles de coutellerie fine.(estampille récupérée sur tire-bouchon multiusage)

Site réalisé par
Jean-Pierre Mascaron

Bienvenue Historique Technique Echange & vente Ma collection Liens

Sites de collectionneurs Sites de ventes Portails Sites des clubs de tire-bouchons Articles sur tire-bouchons Sites de fabricants Sites amateurs de vins Liste des musées Liste des restaurants